Organizer's website

RESULTS
27th World Military Wrestling Championship
Lahti, Finland, 10-16 August 2010

MEN
All Results (PDF) Freestyle Greco-Roman
55 Kg

1. RAHIMI Hassan (IRI)
2. LEE Woo-Jo (KOR)
3. TOBYKOV Dauren (KAZ)
3. ANDREYEU Uladzislau (BLR)

1. LIM Ji-Nam (KOR)
2. BEHESHTI TALA S. (IRI)
3. TAZHYIEU Elbek (BLR)
3. ZHANG Jianfeng (CHN)

60 Kg

1. MUSTAFAYEJ A. (AZE)
2. LEE Jae-Ho (KOR)
3. MAHAMEDAU M. (BLR)
3. AMIRIAN Ahmad (IRI)

1. KRYMOV Danylo (UKR)
2. NIEMISTÖ J. (FIN)
3. DIK Erhan (TUR)
3. PAPI Abdolmohammad (IRI)

66 Kg

1. NADERI Mohammad (IRI)
2. AYETULLAH Yesil (TUR)
3. CEJUDO Angel (USA)
3. SOBIERAJ Adam (POL)

1. SWIERK Tomasz (POL)
2. KIM Dar-Young (KOR)
3. ISRAFILOV Taleh (AZE)
3. DEMIANKOV Denys (UKR)

74 Kg 1. BRZOZOWSKI Krystian (POL)
2. OSMANOV Seifadinj (KAZ)
3. ALIYEV Ashrafi (AZE)
3. RAHMAT Zadeh M. (IRI)
1. RASHIDIAN Masoud (IRI)
2. KWIT Julian (POL)
3. PALENSKI Valery (BLR)
3. KANG Rae-Goo (KOR)
84 Kg 1. NEJAEIAN Esmaiel (IRI)
2. BALAWENDER Maciej (POL)
3. ALIJANOV Haji (AZE)
3. ISAYEU ALIKSEI (BLR)
1. SHYSHMAN Oleksandr (UKR)
2. RANJBAR R Moslem (IRI)
3. MIHALIK Marian (SVK)
3. TARINO Tuomas (FIN)
96 Kg

1. ESLAMI Abazar (IRI)
2. YANKOUSKI Ivan (BLR)
3. BARAN Radoslaw (POL)
3. DIBIROV Shamil (UKR)

1. RUTENKO Sergiy (UKR)
2. ÖZDEN Serkan (TUR)
3. KÖSZEGHY Filip (SVK)
3. KARELSON Richard (EST)

120 Kg

1. DALIRI Jafar (IRI)
2. MUSLUMOV Muslum (AZE)
3. WAGNER Oldrik (GER)
3. DENG Zhiwei (CHN)

1. BANAK Lukasz (POL)
2. BASHINCHI Mohsen (IRI)
3. CHERNETSKYI O. (UKR)
3. BERDZIK Uladzimir (BLR)

WOMEN
All Results (PDF) Freestyle
48 Kg

1. MATKOWSKA Iwona (POL)
2. LIAO Rong (CHN)
3. SCHELLIN Jaqueline (GER)
3. HURNOVICH Tatsiana (BLR)

55 Kg

1. LI Hui (CHN)
2. YANUSHKEVICH K. (BLR)
3.YLINEN Tiina (FIN)
3. JACOBSON Sharon (USA)

63 KG 1. XU Haiyan (CHN)
2. MICHALIK Monika (POL)
3. STÜBER Stefanie (GER)
3. LUCAS Othella (USA)
72 Kg

1. SMITH Iris (USA)
2. YANG Lijun (CHN)
3. WIESZCZEK Agnieszka ( POL )
3.KHILKO Volha (BLR)

 
Version Française
Text: Denis Dujardin / Photos: Dirk De Vos
 

First Women’s Medals

The second day of the world military wrestling championship in Lahti saw servicewomen face it off for the first time for military world titles in two women’s weight classes, i.e. the -48kg and -63kg. The audience thus discovered a very technical and dynamic female wrestling style. In the -48kg, there were only four wrestlers, including three Europeans. The round robin format was adopted, i.e. a tournament in which every wrestler faces all opponents. What they lacked in numbers they made up for with proficiency and impressive personal records: bronze medal at the junior world championship for Schellin (GER), bronze medal at the Asian championship for Liao (CHI), bronze medal at the European championship for Matkowska (POL) and an 11th place in the European Championship for Hurnovich (BLR). The fights promised to be exciting and they were indeed all through the day. At the end of the three sets of individual confrontations, having won her three fights, Iwona Matkowska was declared the first ever world military women’s wrestling world champion. She was followed on the podium by China’s Rong Liao (2 wins) and Germany’s Jacqueline Schellin (1 win). In the -63kg, the fights were equally intense between girls who were keen both to add a line to their long CVs and to demonstrate that women’s wrestling belonged in military competitions. The final featured both favourites: Monika Michalik (POL), 7th at the European championship and 5th at the world championship, and Haiyan Xu (CHI), 9th at the last Olympics in Beijing. The Chinese won both periods (3-0 and 1-0) to establish her superior skills and bag gold in her class, silver eschewing the Pole and bronze Stefanie Stüber (GER) and Othella Lucas (USA).

 

 
Azerbaijan, the Other Wrestling Country

Next to Iran – rated a big favourite in all weight classes, having won three gold medals in the three finals played on the first day and a country where wrestling is indeed the national sport –, another country is demonstrating its full potential at this military world championship: Azerbaijan. Indeed, while success did not materialise on day one, day two was theirs. As their Chief of Delegation explained: “In my country, our youth start wrestling at a very young age; around 10-12. They train very hard and we’ve already achieved some outstanding results in junior civilian classes, including world titles. Now, most of them are entering their first military championship, which is excellent preparation for the civilian world championship scheduled in Moscow toward the end of the year. In order to improve our technique and our results, we train jointly with the Russians and Belarus in their countries and it’s been very positive for our wrestlers.” And he was right since Azerbaijani wrestlers made it to all four men division podiums on the day (-60kg, -74kg, -84kg and -120kg). In the -60kg, Mustafayej (AZE) had to work hard in his semi-final against Ahmad Amirian, the inevitable Iranian. Having lost the first period, he prevailed in the other two (2-0 and 6-0). The other semi pitching Lee (KOR) against Mahamedau (BLR) was another hard-fought affair: not until the toss in the third period was a decision reached in favour of the Korean. In the final, the opponents observed each other, like two cats poised to jump at the smallest crack in the opposition’s defensive stance. The Azeri covered half the distance to gold when he won the first period. In the second, the Korean had to attack to close the gap on the scoreboard. And that is exactly what he did, going for Mustafayej’s legs but his opponent broke the hold and countered to prevail 3-1. Azerbaijan had their first world military title of the day. And in the -74kg, they bagged bronze with Ashraf Aliyev while Iran’s Rahmat Zadeh too, climbed on the third step of the podium. The final featured Seifadin Osmanov (KAZ) and Krystian Brzozowki (POL). The latter clinched gold with an attack in the last few seconds of the match. The heavier the weight classes, the more physical strength supplanted technical mastery and nimbleness. In the -84kg, Esmaiel Nejaeian won yet another world title for Iran without even having to fight as his opponent Maciej Balawender (POL) had sustained an injury during his semi-final. Conversely, both fights for bronze went all the way and featured spectacular developments. Having lost the first periods, Haji Alijanov (AZE) and Aliksei Isayeu (BLR) reversed the trend in masterful fashion to make it on the podium. To finish the day, the mats were cleared for the strong men of the -120kg class. At this level, sheer strength takes over – sometimes to the detriment of technical skills. The athletes have to unleash their full power to avoid the traps set by their opponents. In the semi finals, Muslum Muslumov (AZE) made short order of Oldnik Wagner (GER) while Viacheslav Muzaev (UKR) – despite finishing the 2008 junior world championship in 8th place – was defeated by Jafar Dalri (IRI). So the final featured athletes from two traditional wrestling nations. Jafar Dalri was -96kg military world champion in 2008 and, should he prevail, would become the first military wrestler ever to win world titles in two different weight classes. And he did, at the end of a very close match, thus making word military sport history. As for Azerbaijan, the outcome of the second day was more than positive for them with four medals in four classes: one gold, one silver and two bronze. Mission accomplished.
 

Triple Iranian Win

The 27th World Military Wrestling Championship started with 22 attending countries in Lahti, Finland, on 12 August. Having hosted many other CISM championships already, Finland organised the world wrestling event for the first time. The innovation at this year’s edition of the world sport event was the presence of women.

With the qualifiers already underway in three men’s all-in categories (-55kg, -66kg & -96kg), the Opening Ceremony was held in the late afternoon before the first finals, in the presence of the Finnish Minister of Defence Mr Jyri Häkämies; Commander of the Finnish Army Lieutenant General Ilkka Aspara; General Jacques Renaud, representing the President of CISM; and of civilian and military authorities as well as the Chiefs of Delegations of the participating nations. The countries marched past; the CISM flag was hoisted. In his speech, General Renaud thanked Finland for welcoming us once again on its soil for an international military competition featuring the best military wrestlers boasting impressive records. He also recalled that while a combat sport, opponents respect each other in wrestling and are therefore not enemies. Every CISM event is an opportunity to bring together and rally different nations around the motto of the third largest international sport organisation: “Friendship Through Sport”. The Minister of Defence emphasised the importance of wrestling in the history of Finland. Having become independent in 1907, Finland took part in the Olympic Games for the first time in 1908. Symbolically, it won its first ever Olympic title in wrestling.

The finals of the first three divisions then concluded the first day. Their common characteristic was that they all featured an Iranian. Iran is the country of strong men, with a longstanding wrestling tradition. The level and intensity of the fights increased through the competitions. The show was also outside the mat as coaches shouted themselves hoarse urging on their protégés from the side!

In the -55kg, Hassan Rahimi (IRI), 2009 junior world champion 2009 and 7th of the Asian Games in 2010, faced Korea’s Woo-Jo Lee. In the first period, the two opponents observed each other and neither made a difference. The decision came in overtime after the draw to decide who would be on the offence favoured the Iranian. In the second period, Hassan Rahimi dominated his opponent and bagged gold, much to the pleasure of the Iranian Delegation. “This is my first major success as a senior wrestler. I was quite confident before the final. I knew what I was capable of. I came here to win and I fulfilled the contract,” said the new military world champion after his fight. Dauren Tobykov (KAZ) and Andreyev of (BLR) won silver and bronze respectively.

The Iranian supporters never got a chance to rest as they immediately had to cheer for Mohammad Naceri in his -66kg final against Yesil Ayetullah (TUR). Following a short observation round, the Iranian attacked decisively and then pinned his opponent on the floor. In the space of just a few minutes, Iran had won two world titles.

What can be stronger than two Iranians? Well, three Iranians, of course. In the -96kg final pitching Abazar Eslami against Ivan Yankouski (BLR), the fight was more physical and less spectacular. In the first period, Yankouski took the lead 1-0 before his opponent reversed the trend to win 2-1. In the other two periods, the decision came in the clinch after a draw decided who would attack. The Belarussian levelled the score but lost in the third period when Eslami blocked and countered his attack. Mission accomplished for Iran: 3 finals, 3 gold medals.

On today’s programme:

  • Men’s all-in wrestling: -60kg, -74kg, -84kg, -120kg
  • Women’s wrestling: -48kg, -63kg

KIITOS SUOMI (Merci la Finlande)

La dernière journée des 27e championnats du monde militaires de lutte à Lahti a été uniquement consacrée à la lutte gréco-romaine avant la cérémonie de clôture. Quatre catégories (60 kg, 74 kg, 84 kg et 120 kg) avec des affrontements suivis par un public de connaisseurs et un très haut niveau de compétition.

En demi-finale des 74 kg, le syrien Mussab Alnakdali affronte le polonais Julian Kwit qui a pris la 11e place des championnats du monde l’an dernier. Le représentant européen a tiré son épingle du jeu pour arriver en finale face à l’iranien Masoud Rashidian qui s’est défait du coréen Rae-Goo Kang. L’Europe a déjà montré la veille que l’on pouvait compter sur elle en gréco-romaine et cela s’est poursuivi le dernier jour même si les iraniens essaient de modifier les plans. Les deux premières manches de la finale sont très serrées car chacun des protagonistes s’imposent par le plus petit des scores 1-0. La dernière manche sera décisive. Personne n’arrive à prendre l’avantage. Il ne reste que quelques secondes et c’est finalement l’iranien qui s’impose 3-0. La force a parlé et il remporte l’or devant le polonais, le coréen et le bélarusse Palenski.

 
Deuxième médaille finlandaise

Dans la catégorie des 84 kg, les finlandais se montraient très attentifs et très bruyants pendant les combats du local de l’étape Tarino Tuomas. Il se défait facilement du sri-lankais Chaminda, de l’américain Hicks pour arriver en demi-finale face à l’ukrainien Shyshman. Il est moins grand que les autres mais possède une terrible force lorsqu’il doit arracher un adversaire allongé sur le tapis. Les supporters sentent que l’exploit est à la portée. Il faut dire que l’on voit s’affronter deux des meilleurs anciens juniors mondiaux de la spécialité : l’ukrainien 3e des championnats du monde en 2008 et le finlandais 3e en 2009. L’ambiance était indescriptible et la musique rock résonne à fond dans les haut-parleurs. L’ukrainien remportait la première période 3-0. Le finlandais devait tout donner pour égaliser et espérer ainsi aller à la belle. Malheureusement, il s’inclinait sur un petit 1-0. Mais, tout était encore possible pour le bronze en combattant contre le syrien Oudem Nezar. Lors de la première période, il résistait à l’arraché de son adversaire alors qu’il était au sol et marquait un point. Lors de la deuxième, Tuomas a pris son adversaire de vitesse, exploitant la moindre petite faille pour réaliser deux tombés de suite et menait 5-0 après juste une minute de combat. L’affaire était pliée. Le finlandais montait sur la troisième marche du podium devant un public conquis. La Finlande avait rempli son contrat en gagnant au moins une médaille à domicile. Le titre mondial était attribué au l’ukrainien Shyshman devant l’iranien Moslem Ranjbar.

Après ce moment de joie et de victoire est venu le temps de l’émotion. En effet, l’arbitre de la finale, l’américain Richard Laferrière mettait un terme à sa carrière arbitrale sur une finale de championnats du monde militaires après 20 ans de pratique au sein de la fédération internationale et 37 pour celle des USA. Symboliquement, il a remis son sifflet au vainqueur, défait ses chaussures et les a laissé sur le tapis. Il a quitté la salle sous l’ovation du public et de ses collègues arbitres. «J’ai 60 ans, je prends ma retraite internationale mais je vais néanmoins poursuivre l’arbitrage aux USA.» Bonne chance et bonne retraite.

Chez les hommes forts, en 120 kg, le polonais Lukasz Banak, 3e des jeux mondiaux militaires à Hyderabad en 2007 et vice-champion du monde militaire en 2008, a du attendre la troisième manche pour être enfin sacré champion du monde face l’iranien Mohsen Bashinchi qui avait pourtant remporté la première manche. Dans la seconde, le polonais résistait bien à l’arraché de son adversaire pour égaliser. Dans la manche décisive, Banak a de nouveau résisté à l’arraché de Bashinchi et il a fait la décision dans les dernières secondes après s’y être repris à plusieurs fois. Les médailles de bronze ont été attribuées à l’ukrainien Chernetski qui n’a fait qu’une bouchée du marocain Echibed, immobilisé en moins de 18 s et au bélarusse Berdzik.
 

Si près du bonheur

En Finlande comme ailleurs, on garde le meilleur pour la fin. À la surprise générale, le finlandais Niemistö est arrivé en finale. Quand les dirigeants finlandais ont appris la nouvelle, ils étaient les premiers surpris : «C’est incroyable ! Je n’aurai jamais pensé qu’il puisse entrer en finale. Il est encore si jeune et n’a jamais trop bien réussi au niveau international. À lui de tout donner devant son public.» Pour arriver au dernier stade, il a battu successivement l’américain Depatto, le marocain Benhachem et surtout l’iranien Papi après une demi-finale de folie. L’iranien gagnait la première manche 1-0 et le finlandais revenait à sa hauteur après la seconde. Dans la dernière, l’ambiance était à son comble. Sur une attaque de l’iranien, l’arbitre donnait dans un premier temps des points à Papi. Sur réclamation finlandaise et examen de la vidéo, les arbitres revenaient sur leur décision et donnaient finalement les points au finlandais. La salle exultait et le banc iranien s’énervait. Sur le tapis, Niemistö en profitait pour porter une nouvelle attaque et marquait trois nouveaux points. Le combat était gagné, place à l’affrontement contre l’ukrainien Krymov. Dans la première manche, Krymov réussit à retourner le finlandais à 10 secondes de la fin pour marquer le point décisif. Malheureusement, dans la seconde, Niemistö n’arrivait à en faire autant l’ukrainien marquait un nouveau point pour l’attribution du titre mondial.

25 championnats du monde militaires organisés
À l’issue de la compétition, les autorités militaires ont remis les coupes par nation :

  • En lutte libre : l’Iran
  • En gréco-romaine : l’Ukraine
  • En combiné : l’Iran
  • En féminine : la Chine

Dans son discours, le représentant officiel du CISM, le général Jacques Renaud, a félicité la Finlande pour l’excellence de son organisation et la qualité des lutteurs. Il a aussi rappelé l’importance de lutte pour ce pays. Quant au chef d’état-major des armées finlandaises, il a rappelé que son pays avait déjà organisé 25 championnats du monde militaires depuis 1963, que Lahti les avait accueillis à 4 reprises mais qu’il s’agissait de la première expérience en lutte. Pour terminer, un groupe de danseuses locales s’est produit devant le public qui a aussi suivi une démonstration d’arts martiaux. Pour terminer, un groupe de danseuses locales s’est produit devant le public qui a été suivi par une démonstration d’arts martiaux.

KIITOS SUOMI

 
La Finlande devant son public

Pour cette troisième journée de compétition, les filles des catégories 55 kg et 72 kg ont fait leur entrée de tournoi. Comme la veille, compte tenu du faible nombre de participantes, chacune s’est affrontée pour l’obtention du titre mondial. Lors de la conférence de presse, le chef de délégation finlandaise avait annoncé : «Nous sommes ici pour remporter au moins une médaille. À nous de montrer notre force devant notre public.» En 55 kg, le public local n’avait d’yeux que pour Tiuna Ylinen. Dès sa première appariation, Tiuna montrait sa supériorité et son dynamisme face l’allemande Natasha Ballas. En quelques secondes et après plusieurs attaques aux jambes, Tiuna Ylinen immobilisait son adversaire et remportait son premier combat. Second combat contre l’américaine Sharon Jacobson. Même punition et même motif pour l’américaine : une défaite face à la finlandaise et le public en délire qui avait sorti les drapeaux. Pendant les quelques minutes du combat, tout le public n’a cessé de l’encourager jusqu’à la victoire. La médaille se rapproche à grand pas et pourquoi pas l’obtention du titre à domicile ? Malheureusement, Tiuna s’inclinait face à la bélarusse Yanushkevich qui prenait la 2e place du tournoi et la chinoise Hui Li qui s’adjugeait le titre. Elle montait néanmoins sur la 3e marche du podium pour obtenir une très belle médaille de bronze. La chinoise a réussi un parcours parfait en remportant tous ses affrontements assez facilement.

En 72 kg, seulement quatre filles étaient au départ. Dès le premier combat, les meilleures lutteuses s’affrontaient : la chinoise Lijun Yang et l’américaine Iris Smith. Les deux filles s’observaient avant d’essayer des attaques décisives. Quelque soit la situation pendant le match ou lors de la période de repos, l’américaine restait impassible, aucun sentiment ne perçait sur son visage : le masque de la concentration. Rien ne pouvait l’atteindre ou la toucher. Il faut dire qu’elle possède un palmarès impressionnant avec un titre mondial en 2005, de nombreux titres nationaux civils et des titres panaméricains. Les deux premières manches se terminaient sur un score de parité 1-1. La troisième manche s’annonçait décisive. Aucune des deux ne voulait lâcher le moindre pouce de tapis. La victoire allait se décider sur petit détail. À ce petit jeu, l’américaine s’imposait d’un rien. Ses deux autres combats étaient tout aussi intenses et avec deux nouvelles victoires à clés, l’américaine remportait la première médaille d’or militaire en or pour son pays. La seconde place était prise par Lijun Yang et la troisième par la polonaise Wieszczek qui a gagné son seul combat contre la bélarusse Volha Khilo.
Comme le signalait le Lcl Marco Korpela, président la commission de lutte du CISM : «J’ai décidé d’ajouter des compétitions féminines de lutte dans les compétitions militaires et c’est une bonne chose. Nous avons ouvert une porte, il faut continuer à l’ouverture en accueillant plus de compétitrices dans les années à venir.»
 
L’Europe et l’Asie retrouvent des couleurs

Chez les garçons, changement de discipline pour passer de la lutte libre à la gréco-romaine et donc changement de règles et de stratégie. Finies les attaques sur l’ensemble du corps, les lutteurs ne peuvent prendre des prises que sur le haut du corps. Le combat devient plus physique que dans la libre. Les finlandais attendaient avec impatience le début de la compétition de gréco-romaine pour se mettre en évidence devant leurs supporters. La lutte fait partie de la tradition et de l’histoire finlandaise. Dès les premières rencontres, on voyait également l’émergence des nouvelles nations par rapport à celles qui s’étaient imposées en libre. Dans les catégories de 55 kg, 66 kg et 96 kg, l’Europe de l’est ainsi que l’Asie étaient un peu plus présentes dans les finales que l’Iran et l’Azerbaïdjan qui avaient presque tout gagné en lutte libre. En 55 kg, le public finlandais encourageait à chaque apparition son poulain, Niko Ohukainen qui a pris la 28e place des mondiaux juniors cette année. Bien leur en a pris car il a atteint les demi-finales face au coréen Ji-Nam Lim. Malheureusement, son parcours s’est arrêté à ce stade. Il a affronté le bélarusse Elbek Tazhyieu pour la médaille de bronze. La Finlande espérait donc décrocher deux médailles en une journée de compétition et ils auraient par la même occasion plus que rempli leur contrat. Lors de la première manche, Niko fait un véritable festival en s’imposant 6-1. Le public debout qui brandissait les drapeaux blanc à croix bleu exultait. Retournement de situation dans les deux autres manches. Le bélarusse a pris sa revanche (2-0 et 3-1) dans la dernière malgré une ultime tentative d’Ohukainen. La 2e médaille finlandaise ne sera pas pour aujourd’hui. L’autre demi-finale était à sens unique entre le chinois et l’iranien. Tala Beheshti dominait très largement Jianfeng Zhang et obtenait son billet pour la finale. Après un match équilibré contre le coréen, lors d’une attaque à quelques secondes de la fin, l’iranien se blessait (coude déboité) et devait abandonner, laissant ainsi le titre à Ji-Nam Lim.

En 66 kg, la Corée a atteint de nouveau la finale où Dar Young Kim se retrouvait face au polonais Tomasz Swierk, 13e des derniers championnats d’Europe en 2010. Tomasz prenait rapidement la mesure de son adversaire pour s’adjuger le titre mondial. Les deux médailles de bronze revenaient à l’azéri Taleh Israfilov et à l’ukrainien Denys Demiankov.

En 96 kg, les demi-finales voyaient s’opposaient pour la première fois quatre européens : un slovaque, un ukrainien, un turc et un allemand. Tous se sont classés dans les 15 premiers des derniers championnats d’Europe, l’allemand Oliver Hassler a même pris la 10e place des mondiaux. Grand favori, il a été dominé par le turc Serkan Özden qui a rencontré l’ukrainien Sergiy Rutenko en finale. Onzième des championnats d’Europe en 2009, Rutenko a du attendre la 3e manche pour se débarrasser du turc et monter ainsi sur la première marche du podium. Les médailles de bronze ont été remportées par le slovaque Köszeghy et l’estonien Karelson.
 
Premières médailles féminines

Lors de deuxième journée des championnats du monde militaires de lutte à Lahti se sont déroulé les premiers affrontements féminins militaires de ce sport ainsi que l’attribution des premiers titres de championne du monde dans deux catégories celles des 48 kg et des 63 kg. Les spectateurs ont ainsi découvert une discipline très technique et très dynamique pour ces lutteuses. En 48 kg, elles n’étaient que quatre dont trois européennes. La formule de la compétition a donc était celle d’un tournoi où chacune des compétitrices s’affronte entre elles. Elles n’étaient pas nombreuses mais leur niveau et leurs palmarès étaient élogieux : médaille de bronze au championnat du monde junior pour l’Allemande Schellin, médaille de bronze au championnat d’Asie pour la chinoise Liao, médaille de bronze au championnat d’Europe pour la polonaise Matkowska et une 11e place au championnat d’Europe pour la bélarusse Hurnovich. Les combats s’annonçaient passionnants et ils l’ont été toute la journée. Au final des trois tours de compétitions, Iwona Matkowska a été sacré première championne du monde militaire féminine de lutte de l’histoire du CISM en gagnant ses trois combats. Elle devance la chinoise Rong Liao (2 victoires) et l’allemande Jacqueline Schellin (une victoire). En 63 kg, les affrontements ont été tout aussi intenses avec des filles qui avaient à cœur d’ajouter une ligne supplémentaire à leur long palmarès mais aussi de prouver que la lutte féminine avait sa place dans les compétitions militaires. En finale, on retrouvait les deux favorites la polonaise Monika Michalik, 7e des championnats d’Europe et 5e des championnats du monde et la chinoise Haiyan Xu, 9e des derniers Jeux Olympiques de Pékin. La chinoise a montré sa supériorité en gagnant les deux manches (3-0 et 1-0) et s’adjuge la médaille d’or de la catégorie, l’argent revenant à la polonaise et le bronze à Stefanie Stüber (Allemagne) et Othella Lucas (USA).

 

 
L’Azerbaïdjan, l’autre pays de la lutte

À côté de l’Iran qui fait figure de grands favoris dans toutes les catégories avec trois médailles d’or lors des trois finales du premier jour de compétition et dont la lutte est le véritable sport national, un autre pays montre tout son potentiel lors de ce championnat du monde militaire : l’Azerbaïdjan. Même si la réussite n’a pas été au rendez le premier jour, le 2e a été le leur comme l’explique le chef de la délégation : «Dans notre pays, les jeunes se mettent à la lutte très tôt, vers l’âge de 10-12 ans. Ils travaillent très dur à l’entraînement et nous avons déjà obtenu des excellents résultats dans les catégories juniors civils avec tes titres mondiaux. Maintenant, la plupart d’entre eux participent pour la première fois au championnat militaire qui est une excellente préparation pour les championnats du monde civil qui auront lieu à Moscou en fin d’année. Afin d’améliorer notre technique et nos résultats, nous faisons des camps d’entraînement commun avec les russes et les bélarusses dans leurs pays et cela est très bénéfique pour nos lutteurs.» Il a raison car dans les 4 catégories masculines de la journée (60 kg, 74 kg, 84 kg et120 kg), les azéris ont été présents sur tous les podiums. En 60 kg, l’azéri Mustafayej a eu fort à faire en demi-finale face à l’iranien de service Ahmad Amirian. Après avoir perdu la première période, il s’était imposé dans les deux suivantes 2-0 et 6-0. L’autre demi-finale entre le coréen Lee et le bélarusse Mahamedau a été également très disputée. Il a fallu attendre le tirage au sort de la décision dans la 3e manche pour voir le coréen vainqueur. En finale, les deux adversaires s’observaient, tels deux chats prêts à bondir dès que la moindre faille se présenterait dans la défense adverse. L’azéri a fait la moitié du chemin en remportant la première manche. Dans la seconde, le coréen doit attaquer pour revenir au score. C’est ce qu’il fait sur une attaque aux jambes mais Mustafayej se défait de son emprise et le contre pour s’imposer 3-1. L’Azerbaïdjan tient son premier titre mondial militaire de la journée. En 74 kg, c’est une médaille de bronze qu’il décroche avec Ashraf Aliyev, l’iranien Rahmat Zadeh monte aussi sur la 3e marche du podium. En finale, on assiste à un affrontement entre le kazakh Seifadin Osmanov et le polonais Krystian Brzozowki. Ce dernier remporte l’or sur une attaque porté dans les dernières secondes de la partie. Plus on augmentait le poids, plus la force des concurrents prenaient le pas sur la technique et l’agilité. En 84 kg, Esmaiel Nejaeian obtenait un nouveau titre mondial pour l’Iran sans combattre car le polonais Maciej Balawender s’était blessé lors de sa demi-finale. Pour l’attribution des médailles de bronze, les deux combats sont allés au terme des 3 manches avec des rebondissements spectaculaires. Après avoir perdu les premières manches, l’azéri Haji Alijanov et le bélarusse Aliksei Isayeu ont renversé la vapeur de la plus des manières pour monter sur le podium. Pour terminer la journée, place aux hommes forts, aux lourds de la catégorie des 120 kg. À ce niveau, la force pure de l’athlète se met en marche au détriment un peu de la technique. Les adversaires doivent montrer toute leur puissance afin de déjouer les pièges de leurs concurrents. En demi-finale, l’azéri Muslum Muslumov n’a fait qu’une bouchée de l’allemand Oldnik Wagner alors que l’iranien Jafar Dalri se défaisait de l’ukrainien Viacheslav Muzaev pourtant 8e des championnats du monde junior 2008. En finale, deux nations de lutte face à face. Jafar Dalri a été sacré monde du monde militaire en 2008 dans la catégorie inférieure des 96 kg. S’il gagne, il devient le premier lutteur militaire à obtenir deux titres mondiaux dans deux catégories différentes. C’est qu’il fit au pris d’un match très serré : l’iranien Jafar Daliri entre donc dans l’histoire du sport militaire mondial. Du côté de l’Azerbaïdjan, le bilan de la deuxième journée est plus que positif avec 4 médailles dans les 4 catégories : une d’or, une d’argent et deux de bronze. Contrat rempli.
 

Triplé iranien

Le 27e championnat du monde militaire de lutte a débuté, jeudi 12 août, à Lathi en Finlande en présence de 22 pays. Après avoir accueilli à de nombreuses reprises d’autres disciplines du CISM, la Finlande organisait la compétition de lutte pour la première fois avec comme innovation cette année la présence de féminines à ce rendez-vous sportif mondial.

Alors que les qualifications en lutte libre masculine ont débuté dans trois catégories (55 kg, 66 kg et 96 kg), la cérémonie d’ouverture s’est tenue en fin d’après-midi avant les premières finales en présence du ministre de la défense finlandais, Mr Jyri Häkämies, du chef d’état-major des armées, Lieutenant General Ilkka Aspara, du général Jacques Renaud, représentant le président du CISM, les autorités civiles et militaires ainsi que les chefs de délégations des nations participantes. Après le défilé des pays, le drapeau du CISM a été hissé. Lors de son discours, le général Renaud a remercié la Finlande de nous accueillir une nouvelle fois sur ses terres pour une compétition internationale militaire avec la présence des meilleurs lutteurs militaires aux palmarès impressionnants. Il a aussi rappelé que la lutte était un combat mais que l’adversaire n’était pas considéré comme un ennemi car il était respecté. Chaque compétition du CISM permettait de rassembler et réunir des nations différentes autour du slogan de la 3e organisation sportive mondiale qui est «Amitié par le sport». Le ministre de la Défense a souligné l’importance de la lutte dans l’histoire de la Finlande. Indépendante en 1907, la Finlande a participé aux jeux olympiques de 1908 pour la première fois. Le premier titre olympique a été remporté en lutte : tout un symbole.

Pour clôture la première journée, se sont déroulées les finales des trois catégories avec comme point commun la présence dans chacun des combats d’un iranien. L’Iran est le pays des hommes forts avec une longue tradition de lutte. Au fil de la compétition, le niveau des combats augmentait tant en intensité qu’en qualité. Les entraîneurs, sur le bord du tapis, s’époumonait pour encourager son poulain : le spectateur était aussi hors du tapis !

En 55 kg, Hassan Rahimi (IRI), champion du monde junior en 2009 et 7e des jeux asiatiques en 2010, affrontaient le coréen Woo-Jo Lee. Lors de la première période, les deux adversaires s’observent et aucun ne fait la différence. La décision se fait dans le temps complémentaire après le tirage au sort du lutteur qui devra porter l’attaque en faveur de l’iranien. Dans la seconde période, Hassan Rahimi domine son adversaire et s’adjuge l’or pour la plus grande la délégation iranienne. Après son combat, le nouveau champion du monde militaire a déclaré : «c’est ma première grande victoire en catégorie senior. J’étais très confiant avant la finale. Je connaissais mes capacités. J’étais venu ici pour gagner et j’ai rempli mon contrat !» Les deux troisièmes places revenaient au kazakh Dauren Tobykov et au bélarusse Andreyev.

Les supporters iraniens n’avaient pas le temps de se reposer qu’il faillait encourager Mohammad Naceri en finale des 66 kg contre le turc Yesil Ayetullah. près une courte période d’observation, l’iranien lançait une attaque imparable et immobilisait en suite son adversaire au sol. En quelques minutes, l’Iran décrochait deux titres mondiaux.

Qui a-t-il de plus fort que deux iraniens ? Trois iraniens bien sûr. Dans la finale des 96 kg, où Abazar Eslami affrontait le bélarusse Ivan Yankouski, le combat était plus physique et moins spectaculaire. En première période, Yankouski prenait l’avantage 1-0 avant que son adversaire ne renverse la tendance pour gagner 2-1. Dans les deux autres périodes, la décision s’était dans le temps supplémentaire après le tirage au sort de l’attaque. Le Belarusse a égalisé avant de perdre dans la 3e sur contre de Eslami qui a réussi à maîtriser son attaque. Contrat rempli pour l’Iran : 3 finales – 3 médailles d’or.

Au programme aujourd’hui :

  • Lutte libre masculine : 60 kg, 74 kg, 84 kg, 120 kg
  • Lutte féminine : 48 kg, 63 kg
Wrestling main page
CISM Wrestling Committee
Regulations
Previous CISM Results
Video presentation
Video finale Greco-Roman 55kg
Offers & Needs
Links
Conseil International du Sport Militaire © CISM | Design CISM Media | webmaster@cism-milsport.com