ALERT

tests_performed
summary_2012

wada_2013_prohibited_list


WORLD
ANTI-DOPING
CODE

WADA
PROHIBITED LIST
2012



Version Française
Anti-Doping

CISM strengthens its fight
against doping
Published on 02 June 2008

As a sports physician commissioned to write a piece on my specialty, it would be far more gratifying to discuss the impact of physical and sport exertion on brain activity – a field that is as modern as it is fascinating – or the genetic causes of tendinopathies of the Achilles tendon, to mention but a couple of specific and narrow issues, than to address doping, admittedly a fashionable theme among the media but also one that is ultimately as negative as it is pathetic.

However, practice and – to a degree – topicality forces this unpleasant choice upon us.

CISM is fully committed to the anti-doping struggle fought at world sport level, and was one of the first international federations to join the World Anti-Doping Agency (WADA).
CISM has entrusted logistical responsibility for its anti-doping activities to its Sports Medicine Commission.

Within the limits of its (modest) means, CISM spares no effort to implement and enforce the overarching anti-doping rules contained in the WADA Code. It has enacted its own anti-doping rules, subsequently approved by WADA and presently under review for full compliance with the Agency’s new Code. It urges championship organisers of conduct tests – which need to be performed according to the rulebook, preferably by professionals who are available within national civilian sport movement (umbrella sport organisations, national Olympic committees, etc.). Naturally, CISM demands that analyses be performed by accredited laboratories and that results be processed diligently and accurately, in particular when it comes to the transmission of data to Brussels. It keeps detailed statistics about tests, results (especially when positive!), deviations from quantitative testing requirements – which vary in the different sports – and other relevant quantitative data. It manages positive test results, conducts hearings of athletes who petition for an audience through an independent Discipline Commission, and takes sanctions. In conducting the above activities, it cooperates closely with the relevant civilian international sport federation, since athletes who are sanctioned by CISM also normally have to be by the corresponding civilian organisation. This mutual recognition is both very specific to CISM and very important – and an area where practical improvements are also needed. Finally, CISM does not have internal remedy procedures against the rulings of its Discipline Commission but a means of redress is available to disciplined athletes with the Court for Arbitration on Sport, which enjoys full CISM recognition.

What CISM does not do – and needs to review in the context of full WADA recognition – is have a scheme in place to perform tests outside competitions; so far, we delegate this task to the Member Nations because in practice, they alone know the location of their military athletes at all times (in high-level civilian sport, athletes have to disclose their place of residence on a daily basis in order to allow performance of unannounced tests!). Another thing CISM does not do is offer a centralised TUE (Therapeutic Use Exemption) scheme for athletes who for medical reasons need to take substances that are on the list of prohibited substances and methods. As in the previous case, it is easier and more efficient in practice to delegate this responsibility to the Member Nations. There is unfortunately one last shortcoming that CISM has to own up to: the lack of a prevention programme. However, in this area too, we have so far held the position that – if for no other reason than languages – it is undeniably easier and more effective to entrust this task to individual Member Nations.

The Sport Medicine Commission is in the process of adjusting the CISM anti-doping regulations to WADA requirements in close cooperation with the specialised services of the Agency. Because something needs to be done. Indeed, we are unfortunately faced on a regular basis with positive test results, which are systematically confirmed by B-sample analyses when requested. This is how in 2007, two athletes tested positive – both during the Military World Games. The table below presents positive testing statistics since 2000. Moreover, the cases regularly involve substances whose use could not possibly be construed as routine medical treatment, compulsory notification of which the athletes might simply have overlooked.

As already mentioned several times, the quality of anti-doping initiatives within CISM can roughly be equated to the sum total of the efforts of its Member Nations. It would be to the advantage of these countries to rely on the solid civilian structures that exist in most of them to meet the exacting standards imposed by WADA and the sports movement in general. Not only will close cooperation with existing competent bodies ensure that an efficient prevention and testing system is in place, it will also guarantee the attendant availability of significant financial support in a rather cumbersome system, financially speaking.

Regardless of the solution that is ultimately chosen, CISM can ill-afford to relax its contribution to the fight against one of the worst evils plaguing contemporary competitive sport, at the risk of loosing face and the recognition and potential support it needs – like all fully-fledged international organisations.


Anti-Dopage

Le CISM renforce sa lutte contre le dopage
Publié le 02 Juin 2008

En tant que médecin du sport appelé à écrire un article sur sa discipline, il serait bien plus gratifiant de parler de l’influence de l’activité physique et sportive sur l’activité cérébrale, un domaine de recherche des plus actuel (et combien passionnant), ou des causes génétiques des tendinopathies du tendon d’Achille, pour ne parler que de thèmes choisis particuliers et restreints. Plutôt que de parler de dopage, un thème certes médiatique mais en fin de compte négatif et en fin de compte navrant.

Et pourtant, la pratique et une certaine actualité nous obligent à faire ce choix déplaisant.

Le CISM s’est engagé complètement dans la lutte anti-dopage menée au niveau sport if mondial, et il a été une des premières fédérations internationales à adhérer à l’AMA.

Il a attribué la responsabilité logistique de cette lutte anti-dopage à sa Commission de médecine du sport .

Dans la mesure de ses (faibles) possibilités, le CISM fait tout ce qui est en son pouvoir pour appliquer et faire respecter la réglementation suprême, à savoir le Code de l’AMA. Il a édicté un propre règlement anti-dopage, entériné en son temps par l’AMA, mais actuellement en voie de révision afin d’être adhérent à 100% au nouveau code de l’Agence. Il exhorte les organisateurs de championnats de procéder à des contrôles, contrôles qui doivent être effectués selon les règles de l’art, avantageusement par des professionnels qui peuvent être trouvés dans le mouvement sport if civil national (organisation faîtière du sport , comité national olympique, etc). Il exige bien évidemment que les analyses soient conduites dans des laboratoires accrédités, et que le traitement des résultats soient diligent et précis, surtout en ce qui concerne la transmission des données vers Bruxelles. Il tient des statistiques précises sur les contrôles effectués, les résultats (surtout positifs !), les déviations par rapport aux nombres de contrôles demandés, différent de sport à sport , et autres données chiffrés d’intérêt. Il gère les résultats d’analyses positifs, conduit les auditions d’athlètes qui le demandent par l’intermédiaire d’une commission de discipline indépendante, et il sanctionne. Dans ces dernières activités citées, il collabore étroitement avec la Fédération Sportive International  civile, puisque l’athlète sanctionné par le CISM devrait l’être aussi par l’organisation civile. Cette reconnaissance réciproque est un élément particulier au CISM , et en même temps très important. C’est d’ailleurs un point sujet à amélioration dans la pratique. Enfin, le CISM ne prévoit pas d’instance de recours interne lors de décision de sa Commission de Discipline, l’athlète ayant à ce moment-là la possibilité de s’adresser au Tribunal Arbitral du Sport reconnu pleinement par le CISM .

Ce que le CISM ne fait pas, et ce qui doit être revu par rapport à la pleine reconnaissance par l’AMA, c’est l’application d’un programme de contrôles hors –compétition ; pour l’heure, nous laissons cette responsabilité aux nations membres qui sont pratiquement seules en mesures de savoir où se trouvent ses soldats-athlètes (dans le sport civil de haut niveau, les athlètes sont tenus de faire connaître journellement leur lieu de séjour afin de pouvoir être visités à n’importe quel moment par un contrôleur !). Ce que le CISM ne fait pas non plus, c’est de proposer centralement un dispositif AUT (Autorisation d’Utilisation Thérapeutique) aux athlètes devant prendre pour raisons médicales des substances figurant sur la liste des substances et méthodes interdites. Comme dans la précédente situation, il est pratiquement plus simple et efficace de transposer cette responsabilité aux pays membres. Une dernière lacune que nous devons malheureusement avouer est l’absence d’un programme de prévention, mais dans ce domaine également, nous avons jusqu’à présent adopté le point de vue que ne serait-ce que pour des raisons linguistiques, il est indiscutablement plus simple et plus efficace de laisser cette tâche à chaque nation membre.

Actuellement, la Commission de Médecine du Sport est en train d’adapter le règlement anti-dopage du CISM aux exigences de l’AMA, en étroite collaboration avec les services spécialisés de l’Agence.

Car il est nécessaire que quelque chose se fasse. En effet, à intervalles réguliers, nous devons hélas enregistrer des résultats d’analyses positifs, confirmés à chaque coup par la contre-analyse, lorsque celle-ci est demandée. C’est ainsi qu’en 2007, il y a eu 2 résultats positifs, les 2 à l’occasion des Jeux Mondiaux Militaires. Le tableau suivant illustre la statistique des cas positifs depuis l’an 2000.De plus, il s’agit régulièrement de cas indiscutables, à l’aide de substances qui ne relèvent pas de traitements banals qu’on a simplement omis de signaler.

Comme nous l’avons mentionné à plusieurs reprises, la qualité de la lutte anti-dopage du CISM peut être considérée comme la somme des efforts des pays membres. Ces pays devraient avantageusement s’appuyer sur les structures civiles presque partout bien en place à cause des exigences élevées de l’AMA et du mouvement sport if en général. En coopérant étroitement avec ces instances compétentes en place, non seulement on assurera un système de prévention et de contrôle efficace, mais on bénéficiera par la même occasion de soutien financier, un aspect non négligeable dans un système financièrement plutôt lourd.

Quelle que soit la solution envisagée en fin de compte, le CISM ne peut se permettre de relâcher ses efforts dans la lutte d’un des pires fléaux du sport de compétition actuel, au risque de perdre la face, la reconnaissance et le soutien potentiel donnt il a besoin comme toute organisation internationale qui se respecte.



SPORT AND SCIENCE PAGE
ARTICLES
SYMPOSIUM
FORUM
LINKS
ANTI-DOPINGnew
Conseil International du Sport Militaire © CISM | Design CISM Media | webmaster@cism-milsport.com