Organizer's Website
Version Française
Photo Gallery

 
 
Text by LV Denis Dujardin
 

Welcome to hell!

Those who have never experienced a basketball or volleyball match in Turkey know nothing of sport. And it is not enough to have watched a game on television; you need to have seen from the inside the sheer madness of a match surrounded by supercharged fans. In the second round of the volleyball competition, the local team were facing the Iranians tournament favourites. The hall was packed to the rafters. Academy cadets had been eagerly looking forward to this match and showed up in large numbers to create a lively atmosphere. And lively it was! If as an outsider you did not know in what hall the match was taking place, all you needed to do to find your way was to listen to the shouts and music to be heard from a distance of 100 m in all directions. When they arrived, the Iranians did not know what they were in for. Throughout the match, training and time-outs, the cadets/supporters never stopped singing, shouting, gesturing and waving Turkish flags. The show was as much in the stands as on the court. As in the kops of major football clubs, a man facing away from the court in the stand led supporters much like a director, calling collective singing, cheering and gesturing. Such was the overexcitement in the hall that hearing and talking to your neighbour was simply impossible. Whenever a point was scored, supporters would stand up as one to clap, shout and gesticulate wildly. The Iranians showed impressive physical and tactical superiority however. Every player in green was nearly 1.90m tall, boasting astounding striking power, which the Turkish block still vivid remember. The Iranians’ receivers never missed and their offence was always carefully prepared by their passer who dealt deadly accurate balls for their attackers to turn into missiles aimed over the net at all quadrants of the opposing side’s ground. The Turks did their level best to handle emergencies as they occurred but points were stacking up against them like clockwork. As a finishing touch, the Green Giants’ last serve was unreturned. The Iranians could at last celebrate demonstratively and congratulate the supporters for the incredible atmosphere they had created and maintained throughout the match. Meanwhile, the coach of the winning team was being interviewed live by an Iranian TV crew who had come all the way from Iran for the occasion. A few minutes after the end of the match, the hall emptied out, the Turkish cadets left and Korea played Afghanistan in almost complete, deafeningly silent emptiness. Afghanistan won 3-1 and Russia then dominated India 3-0.

 
Markswomen

Meanwhile in the shooting hall located right behind and in a much quieter atmosphere, the Cadet Games’ last shooting competition was taking place: the girls’ rifle event. Fewer than ten shooters were contending for the medals. In the shooting events, regardless of weapon or gender, one team was head and shoulders above the opposition: Turkey. They bagged all gold – and several other – medals, leaving only crumbs for their opponents. Their coach was very proud of his protégés: “They’re a very young team, still only children, really!!! It’s their first international event, they’re competing on the home turf and they won it all. What more can you ask. I’m fulfilled.” The rifle girls conquered the top three places: Eren (394pts), Özcan (389pts) and Erdemirci (382pts) beat the opposition by a more than respectable margin
 

Pain or Gain?

Next to shooting, obstacle racing is one of the most typically military sports and a pillar of military and physical training for all soldiers. It was this event that inaugurated the 3rd day of the Cadet Games. For some, it was a long, hard battle as some of the obstacles are very hard to clear including climbing the sloping wall and extracting oneself from the pit. Some nations have promoted this specialty into a fully fledged sport involving specific training and separate events, including the Netherlands – organisers of the latest edition of the World Military Pentathlon Championship –, Turkey – winners of an excellent gold medal in the relay –, Russia and even a number of South American countries such as Brazil and Colombia. Specialists were immediately identified on the day as they climbed the ladder and then jumped from a height of several meters. This sport calls for a number of qualities that are expected in any proper soldier: will, dedication, overachievement, endurance, resistance, etc. Also plain to see was that some athletes were more at ease with certain types of obstacles than others and therefore needed to pace themselves to be most effective clearing the obstacles they liked best. In between obstacles, they needed to gather renewed momentum and to be ready for the next challenge. Behind the barriers, coaches and supporters of every nation were about as tense and exhausted as if they were running the course themselves. Loud cheering of athletes from different countries provided yet another example of friendship through sport. The competitors were thoroughly exhausted as they crossed the finish line, having run 500m and cleared 20 obstacles (a few less for the girls). The athletes literally collapsed, their muscled tetanised and it took them a few minutes to catch their breath and fully come around. The boys’ fastest time was produced by Castro (BRA) in 2’21”3. He also led the combined rankings (obstacle racing and swimming) with another Castro (COL) in second place. The leader of the girls’ obstacle course and combined rankings was Mariska De Jong (NED).

 

 

Usual Suspects

Back to the stadium in the early afternoon for the last track finals and the boys’ long jump. Having missed our earlier reports would not be a problem as yesterday’s and the day before’s usual suspects made themselves conspicuous again on different distances, bagging medals of different metals in the process. In the girls’ 200m, the same Ukrainian “Anna’s” (i.e. Titimets & Yarushchuk) again ran head and shoulders above the opposition in the half-lap, but with a different outcome as this time, Titimets prevailed over the blonde Yarushchuk for a double win in the 100m & 200 m. Remarkably, both girls are ranked among the international women’s track & field elite and both made it to the 400m-hurdles semi-finals at the last European championships. In the boys, the Iranians were quite impressive once again as Rabie prevailed in the 200m (having won the 100m the day before) and Moradi bagged gold in both the 800m and 1,500m, producing an incredible finish to complete the latter race in 1’49”98, with Mota (COL) finishing second (1’50”69). In the girls’ 800m, it was a strange race as the two Koreans set a fairly fast pace as soon as the starter’s pistol shot cracked, leaving a large pack of pursuers way behind including Yunkhina (RUS). The first Korean was shaken loose with 250m to go and the Russian –third in the morning’s obstacle course – immediately got into action to pass the second Korean in the home stretch on her way to golf. In the 5,000m, Cabrera, a diminutive Colombian, set a fast pace a scant 800m into the race, thereby blowing up the pack. No one believed that he could keep up such a hellish pace but he did, carrying on like a relentless machine, building a full-lap lead over the whole pack and winning the race in 14’44”62. Over the same distance, the girls’ race was a more methodically paced affair, the pack progressively bleeding athletes. In the end, Guerrero (PER) beat the diminutive Antonia Maris (ROU) and Korea’s So. The boys’ long jump kept all its promises: Moskalenko (UKR) and Arzandeh (IRI) traded blow for blow in the sandpit, successively improving each other’s performances by a few centimetres. The Ukrainian eventually prevailed with a jump of 7.52m against the Iranian’s 7.47m, but it could have gone either way until the very last jump. And how could we possibly present a fait account of the boys’ 4x400m, in which the Brazilians and Iranians fought a merciless battle. They produced a wonderful show throughout the 4 laps, fighting to the last man for eventual victory. The Brazilians in blue thought they had won the race but in a last ditch effort, Iran closed the gap on the line and it was a down to a photo finish that eventually delivered victory for Iran.

Volleyball

In the early confrontations of the second round of qualifier matches, winners included India, Russia, Turkey, Iran, Serbia and Romania.

 

Changeable Weather

Day two of the Cadet Games was characterised by torrential rain, notably during the middle distance Orienteering run. The site was in the mountains, an hour from Ankara. The closer one got to the summit the ticker the fog, the faster the wind and the harder the rain. Some orienteering specialists – especially those coming from Norway, Sweden, Russia or Latvia – thought that the weather was perfect for a run. Other, including the Qatari and Indian athletes, were still wondering where they had landed. They were definitely not prepared for this kind of weather or event. Having barely looked at the site plan, some got lost on their way to the locker room and the start line!! The total declivity of the course was so high that making it to the star line represented a pre-event of sorts: the field was as muddy as it gets under the falling rain and the athletes had to avoid the trees both and down the slopes and finally cross a stream whose waters were swelling by the minute. In such disastrous conditions, the athletes still had to keep a cool head and clear ideas to read their map and find the markers. The speaker’s reassuring messages definitely made a positive impression on the athletes: “If you get lost in the woods, go back to the road!”

The first competitors to get going enjoyed less disastrous weather conditions compared to those who started after 11am as by then gale strength winds were blowing and the rain was falling very hard. Nobody dared leave the office where results were broadcast live on large screens. The best athletes came back within half an hour while neophytes took much longer. The only prospect that they were interested in was to warm themselves up by the fireplace and then to check their split times with their coaches. In the men’s, victory went to Bostanci (TUR), who completed the course in 25’51”. Teammate Albayrak finished second in 27’17” while Poliakok (RUS) finished third in 27’35”. Turkey managed the double feat of ranking their five male entries among the best six performers on the day and to put three of their women on the podium – Turkce, Atabay and Kociygit in that order. The first beat her second by 10 minutes (29 min. v. 39 min.), a difference explained by the former’s early place on the start list and the weather conditions. As for the rest of the athletes, it took some better than two hours more to complete the course!

 
The Favourites Deliver

We then deservedly got back to the Academy to comfortably watch the few matches on the schedule of the Volleyball tournament, including a spectacular face-off between Iran and Serbia. In addition to perfect routine technical skills, the Iranian team boasted impressive physical presence, as the Serbian receivers soon gathered from the strength and accuracy of the Iranian services and smashes, which scored almost every time. The Serbs tried to react but the Iranian block’s prodigious jumps enabled them to clear the net band and intercept the ball most of the time in any position. Despite a few worthy feats, the Serbs were defeated 3-0. And the other matches all delivered the same score: Russia besting Afghanistan, Turquie defeating Sweden and Romania dispatching Qatar in straight sets.
 

An Afternoon in Yellow and Blue

In track & field, the day started with a major commotion as some athletes were disqualified because they exceeded the age limit set for participation in the Games. And the mixture of relatively cool weather and showers meant that exceptional performances were not to be expected. Due to the relatively low number of entries on certain distances, the girls’ races started with a number of finals. In the face of such adversity, being Columbian or Ukrainian was about the only guaranteed way of bagging a medal as those two nations were head and shoulders above the opposition in those events. In the 100m, Anna Titimets (UKR) easily prevailed in 12”21. She then entered the 400m with teammate Ana Yardchuk – who had won the Long Jump a day before. In lane 2, Yaroschuk had already caught up with her opponents and was head to head with her teammate in the outside lane. It was without forcing their talent, in quite relaxed fashion, a smile planted on their face and trying hard not to attack each other that the two Ukrainians won the lap race, Yaroschuk (61”66) beating Titimets (61”94). In the 1500m, in was another athlete wearing yellow and blue who won. Well placed among the pack, leaving it up to others to do the hard work, Julia Kutakh then passed her opponents one after another before attacking decisively in the final lap to score an easy win, besting a Peruvian and a Rumanian athlete in the process. The Ukrainian dominion continued in the men’s with Anton Saievich’s High Jump win (2.04m, having attempted 2.15m), beating Rodriguez (COL), whose performance was all strength throughout (he jumped from a very short, 7-stride run-up) but still enabled him to clear 2.01, thereby relegating Russia’s Shulev (1.98m) to third place. In the Shot Put, Stanislav Segeda’s 16.83m earning him gold. In the 400m, Roman Starukh (UKR) led the race from the start with two Colombian in tow, only to be passed on the finish line by one of them and bag silver only. Individually, the only athletes other than Ukrainians or Colombians to make it to the top step of the podium were Rabie (IRI) in the 100m (with Colombians finishing second and third) and Moradi in the 1500m (besting a Colombian and a Russian).

 

Peace at Home, Peace in the World – Ataturk

Ankara Military Academy was bubbling with excitement on this, Monday 18 October afternoon. The reason was straightforward: all 500 cadets from 22 different countries were preparing for the Opening Ceremony of the first edition of the World Cadet Games held in Turkey between 18 & 23 October. Different Delegations meant different preparations but having checked uniforms, rectified positions, placed everyone in line according to size, all participants were soon ready for this first. “Friendship through sport”, the CISM motto, panned out in rehearsals as everyone wanted other Delegations to take souvenir pictures of them. As our youth had readily understood, the event would be a mixture of everything CISM wants to successfully bring together on every single occasion including genders, cultures, and uniforms. A look at the Delegation that marched past first was enough to be convinced of this: despite difficult times, Afghanistan delegated a few of its futures officers. Quite a symbol!

On the Turkish side, the athletes were not the only ones dressing up: so did the pupils of the Academy who would fill the stadium and those who would march past in arms with the Honour Guard. And there was attention to the minutest details: spotless uniforms were checked by platoon leaders before marching past the military authorities of both the host and guest countries. For this brand new CISM event, it was a duty to make the best possible impression on Colonel Kalkaba, the new President of CISM. So everything was in place for a beautiful party: event the weather played along. The Academy stadium was filled with pupils and officials waiting for the parade to start. The participants were waiting in a group near the entrance to the stadium behind the military band who would march in first. To the tune of the CISM March, the musicians entered the stadium. The 22 guest nations from three continents followed behind their respective ranking officers with Afghanistan in the lead. Indonesia was represented too, having joined CISM this year. Uniforms from around the world and from the different services were in evidence for everyone to admire. Following a short demonstration on the pitch, the nations assembled in front of the Presidential stand. Major General Ferit Güler welcomed all delegations and participants to this first edition of the Cadet Games, saying that it was is an honour and a privilege for Turkey to host this kind of event promoting peace, tolerance and respect among peoples. Colonel Kalkaba concluded the speeches indicating that he was delighted to be able to bring together tomorrows’ military leaders so they can pass on the word of sport in their own countries. He finished by declaring open the first edition of the World Cadet Games in Turkey.

The official part being over, it was time for the relaxed part with three totally different acts:

  • The dancers of the Turkish Armed Forces in traditional attire astonished their guests with their slow, precise dancing and movements;
  • The Army band performed figures with extreme precision and creativeness, starting to the tune of The River Kwai March;
  • Finally, the oldest military music band in the world – which used to urge soldiers along on battlefields – played traditional musical instruments wearing moustaches and a head covering topped with peacock feathers.
  • So the Games were open. It was time for the competitions themselves, starting today, Tuesday 19 with Volleyball, Shooting, Obstacle Swimming and Track & Field.


     

    The first edition of the CISM World Cadet Games 2010 in on!

    For quite a long period, CISM has launched several ideas to open its sports competitions to new categories of participants from the Military world.  After the success of the Summer and Winter Military World Games, CISM decided to create a new category of international sports competitions opened to the young generations of the military personnel of the world. CISM has come to know that quite a number of its member nations have initiated programs of exchanges of cadets with their neighbors of privileged partners. We have received quite a number of official requests in this sense. Many CISM Member Nations are asking us to play a leading role in the development of sports programs for the cadets of their military academies, and we could not remain deaf to these demands. CISM decided to give to all its member nations an equal opportunity to benefit from these Cadets meetings by availing its network, its know-how and experience to this endeavor.  

    So were born the CISM World Cadets Games!

    The CISM World Cadet Games are an international multi sports competition organized every four years opened to the current military students / cadets of Land Force Academies, Naval Academies, Air Force Academies, and Other Military Academies (Gendarmerie, etc). CISM committed itself to give a special meaning to the event; to deeply connect the event to a specific educational concept. Workshops, forums, educational seminars will be integrated in each edition of the CISM World Cadet Games to offer to all the participants the possibility to exchange some concepts of military training, to inspire and get inspired by the programs of other military academies, to acquire valuable theories that they will use for their future commitments…to sum-up…to become better cadets, better soldiers and better military leaders.

    The Turkish Armed Forces were entrusted with the organization of the 1st CISM World Cadet Games which will be organized from 17 to 24 October 2010 at the Turkish Military Academy located in Ankara. The following sports were selected as modalities of the 1st CISM World Cadet Games 2010: Shooting,  Track & Field, Orienteering, Volleyball, Obstacle Run and Obstacle Swimming


     

    Bienvenue en enfer !

    Pour ceux qui n’ont jamais vécu un match de basket ou de volley en Turquie, ne connaisse rien au sport. Il ne suffit pas de l’avoir vu à la télévision, il faut l’avoir vécu de l’intérieur pour savoir ce qu’est la folie d’un match avec des supporters survoltés. Pour le 2e tour du tournoi de volley-ball, l’équipe locale affrontait les iraniens, favoris de la compétition. La salle est pleine à craquer. Les cadets de l’académie attendait se match avec impatience et sont venus en nombre pour assurer l’ambiance. Et quelle ambiance ! Si on ne savait pas dans quel gymnase le match avait lieu, il suffit d’écouter les cris et la musique que l’on entendait à plus de 100 m à la ronde. Les iraniens en entrant ne savaient peut-être à quoi à quoi s’entendre. Pendant tout le match, l’entraînement, les temps morts, les cadets-supporters n’ont pas arrêté de chanter, crier, bouger, déployer des drapeaux turcs. Le spectacle était autant dans les tribunes que sur le terrain. Comme lors d’un match de football, dans les kop des grands clubs, une personne installée en tribune, dos au terrain, dirigeait les supporters tel un chef d’orchestre pour lancer les lancers, les cris ou les mouvements de foule. La salle était surchauffée, impossible de s’entendre et parler avec son voisin. Dès qu’un point était marqué, les supporters se levaient d’un seul homme pour applaudir, crier et gesticuler dans tous les sens. La supériorité physique et tactique des iraniens est impressionnante. Chaque joueur vêtu de vert culminait à près de 1.90 m avec une puissance de frappe exceptionnelle. Les défenseurs turcs se souviennent encore. La réception des iraniens était toujours parfaite et l’attaque parfaitement amené par le passeur qui distillait des balles d’une précision suisse pour ses attaques qui se déployaient au-dessus du filet pour expédier des missiles dans tous les coins du terrain. Les turcs essayaient de parer à plus pressé, mais les points s’enfilaient comme des perles. Pour finir en beauté, les «géants verts» ont marqué un service gagnant. Les iraniens pouvaient laisser éclater leur joie et féliciter les supporters qui ont mis une ambiance de folie pendant tout le match. Pendant ce temps, l’entraîneur de l’équipe victorieuse était interviewé en direct pour la télévision iranienne qui avait fait le déplacement pour l’occasion. Quelques minutes après la fin du match, la salle s’est vidée. Les cadets turcs s’en sont allés et la Corée a affronté l’Afghanistan dans une salle quasi-désertique et sans ambiance. L’Afghanistan s’est impose 3-1 et la Russie a dominé l’Inde 3-0.

     
    Tireuses d’élite
    Au stand de tir situé juste derrière et dans une ambiance plus feutrée se déroulait la dernière épreuve de tir des Cadets Games : la carabine féminine. Elle n’était qu’une petite dizaine à se disputer les médailles. En tir, quelle que soit l’arme utilisée ou le sexe des participants, une équipe a dominé de la tête et des épaules cette épreuve : la Turquie. Elle a trusté toutes les premières places et même quelques places ne laissant que quelques miettes à ses adversaires. L’entraîneur était très fier de ses protégés : «C’est une équipe très jeune, ce ne sont encore que des enfants !!! Il s’agit de leur première compétition internationale et en plus à domicile et ils gagnent tout. Que demander de plus, je suis comblé.» Les filles à la carabine ont pris les trois premières places avec Eren (394 points), Özcan (389 points) et Erdemirci (382 points) laissant leurs adversaires à des distances plus que respectables.
     
    Parcours de la souffrance ou de la délivrance ?

    Après le tir, l’une des disciplines typiquement militaires et socle de l’entraînement physique militaire et sportif de tout soldat est le parcours d’obstacles. C’est par cette épreuve que débutait la 3e journée des Cadets Games. Pour certains, cela ressemblait plus à un chemin de croix car le franchissement de certains obstacles était difficile comme le franchissement du mur en pente ou encore la sortie de la fosse. Certaines nations font de cette discipline un sport à part entière avec une préparation spécifique et de vraies compétitions comme les Pays-Bas qui ont organisé les derniers championnats du monde militaire de pentathlon militaire, les turcs qui y ont obtenu d’excellents dont une médaille d’or en relais, la Russie ou encore certains pays d’Amérique du sud comme le Brésil ou la Colombie. Dès le départ, on reconnait immédiatement les spécialistes avec le grimper à l’échelle et sauter ensuite de plus mètres de haut. Ce sport requiert différentes qualités du parfait militaire : volonté, ténacité, dépassement de soi, endurance, résistance…On voit aussi que certains sont plus à l’aise sur un certain type d’obstacle que d’autres : il faut donc savoir doser son effort et être performant sur ses points forts. Entre deux obstacles, il faut aussi être capable de se relancer et de se préparer pour affronter rapidement une nouvelle épreuve. Derrière les barrières, les entraîneurs et les supporters de chaque nation sont aussi tendus et épuisés que s’ils faisaient eux-mêmes le parcours. Cris, encouragements entre les différents pays, voilà aussi une notion d’amitié par le sport. Dès qu’ils franchissent la ligne après avoir couru leur 500m et franchi leurs 20 obstacles, un peu moins pour les filles, les concurrents sont exténués. Les muscles sont tétanisés, ils s’effondrent littéralement avant de pouvoir reprendre leurs souffles et leurs esprits après quelques minutes. Chez les garçons, le meilleur temps a été réalisé par le brésilien Castro en 2’21’3. Au classement cumulé (parcours d’obstacle et parcours d’obstacle aquatique), il est aussi en tête du classement devant le colombien Castro. Chez les féminines, la première place du classement du parcours d’obstacles et du combiné est occupée par la hollandaise Mariska De Jong.
     

    On prend les mêmes et on recommence

    Dès le début de l’après-midi, retour sur la piste d’athlétisme pour les dernières finales de course et le concours de longueur masculin. En course, si vous aviez manqué les épisodes précédents, pas de problème car on reprend les mêmes noms qu’hier et avant-hier que l’on met sur des distances différentes avec des médailles d’autres métaux. Sur 200 m féminin, on reprend les deux Anna ukrainiens, Titimets et Yaroushchuk. Elles ont de nouveau fait un cavalier seul sur le demi-tour de piste. Cette fois-ci, la brune Titimets s’est imposée devant la blonde Yaroushchuk et elle réalise dont le doublé 100-200 m. A noter quand même que ces 2 demoiselles figurent parmi l’élite mondiale de l’athlétisme féminin car elles étaient toutes les 2 demi-finalistes des derniers championnats d’Europe sur 400 m haies. Chez les garçons, les iraniens ont fait de nouveau forte impression avec Rabie qui gagne le 200m après le 100m la veille et Moradi, au prix d’un excellent finish fait le doublé 800 m-1500 m en réalisant 1’49’’98 devant le colombien Mota 1’50’’69. Sur le 800 m féminin, on a assisté à une drôle de course car les 2 coréennes sont parties dès le coup de pistolet sur un rythme assez soutenu, laissant loin derrière les poursuivantes dont la russe Yunkhina. Une première coréenne a été décrochée et à 250m de l’arrivée, la russe qui avait pris la 3e place du parcours d’obstacles le matin, a produit son effort pour doubler la coréenne dans la dernière ligne droite et ainsi déroché l’or. Sur 5000 m, le petit colombien Cabrera a dynamité la course après seulement 800 m pour y imprimer un rythme élevé. Personne ne pensait qu’il pourrait tenir à cette vitesse. Il a continué telle une locomotive en prenant presque un tour à l’ensemble du peloton pour gagner en 14’44’’62. Chez les filles, sur la même distance, la course s’est jouée au train, par élimination successive. Au final, la péruvienne Guerrero gagne devant le format de poche roumain, Antonia Maris et la coréenne So. La longueur masculine a tenu toutes ses promesses avec le duel l’ukrainien Moskalenko et l’iranien Arzandeh. Ils se sont rendu coup pour coup dans le bac à sable se battant l’un est l’autre pour quelques centimètres. L’ukrainien s’est finalement imposé avec 7.52m devant l’iranien à 7.47m. Jusqu’au dernier saut, tout pouvait basculer d’un côté ou de l’autre. Que dire alors du 4x400m masculin où les brésiliens et les iraniens se sont livrés à un duel sans merci. Pendant les 4 tours de piste, ils ont produit un superbe spectacle avec un mano a mano de toute beauté pour la victoire finale. Les maillots bleus brésiliens pensaient avoir remporté la course. Dans un dernier effort, l’Iran est revenu sur le fil et il a fallu attendre la photo finish pour départager les 2 équipes et offrir la victoire à l’Iran.

    Volley-ball
    Début du 2e tour de la compétition avec les victoires de l’Inde, de la Russie, de la Turquie, de l’Iran, de la Serbie et de la Roumanie.

     
    Une météo très capricieuse

    La seconde journée des Cadets Games a été marquée par la présence de pluies diluviennes notamment lors de l’épreuve de moyenne distance de course d’orientation. Le site se trouvait à une heure d’Ankara dans les montagnes. Plus on s’approchait du sommet, plus le brouillard s’épaississait, plus la vitesse du vent augmentait et plus la pluie redoublait de violence. Certains orienteurs surtout ceux venus de Norvège, Suède, Russie ou Lettonie disaient que c’était le temps idéal pour une compétition. Par contre, l’Inde ou encore le Qatar se demandait où ils étaient arrivés. Ils n’étaient absolument pas préparés pour ce type de temps ou de compétition. Dès la lecture du plan du site pour s’orienter vers les vestiaires et le départ, certains étaient déjà perdus !! Le tracé présentait beaucoup de dénivelé : rejoindre la ligne de départ était en fait une première épreuve. Un terrain boueux à souhait avec la pluie qui tombait, éviter les arbres dans les montées et les descentes et enfin franchir un ruisseau qui ne cessait de grandir à vue d’œil. Dans ces conditions dantesques, il fallait en plus que les concurrents gardent la tête froide et les idées en place pour savoir lire une carte et pointer les balises. Les messages du speaker réconfortaient agréablement les participants : «Si vous vous perdrez en forêt, rejoignez la route !»

    Les premiers et premières partis ont bénéficié de conditions moins catastrophiques que le reste du peloton qui partait à partir de 11h00 car le vent soufflait en tempête et la pluie tombait à gros bouillon. Personne n’osait s’aventurer hors du secrétariat où les résultats étaient diffusés en temps réel sur grand écran. Les concurrents revenaient au bout d’une demi-heure pour les meilleurs et beaucoup plus pour les novices. La seule qui les intéressait : se réchauffer auprès de la cheminée et ensuite vérifier les temps de passage avec les coaches. En masculin, la victoire est revenue au turc Bostanci qui a bouclé le parcours en 25’51 devant son compatriote Albayrak en 27’17 et le russe Poliakok en 27’35. Les turcs réussissent l’exploit de classer 5 de leurs représentants dans les 6 premiers chez les hommes et de faire un triplé chez les filles Turkce, devant Atabay et Kociygit. La première a devancé sa dauphine de 10 mn (29 mn contre 39 mn, ce qui s’explique par sa place au départ et les conditions climatiques). Quant au reste du peloton, certains ont mis jusqu’à 2 heures de plus !
     
    Les favoris au rendez-vous

    Retour ensuite bien mérité sur l’académie pour suivre bien au chaud les quelques matches du tournoi de volley-ball avec notamment un affrontement spectaculaire entre l’Iran et la Serbie. En plus d’une technique parfaitement rodée, l’équipe iranienne dispose d’un physique impressionnant. Les réceptionneurs serbes s’en sont vite aperçu au vue de la force, de la précision des services et des smashes qui ont presque fait mouche à chaque fois. Les Serbes ont bien essayé de répondre mais le contre iranien doté d’une détente verticale prodigieuse dépassait largement la bande du filet et cueillait de nombreux ballons dans toutes les positions. Malgré quelques coups d’éclats, les Serbes s’inclinent nettement sur le score de 3-0 . Les autres résultats, tous sur le même score de 3-0 : victoire de la Russie sur l’Afghanistan, de la Turquie sur la Suède et de la Roumanie sur le Qatar.
     

    Un après-midi en jaune et bleu

    En athlétisme, la journée avait commencé par un coup de théâtre avec la disqualification de certains athlètes car ils avaient dépassé l’âge requis pour participer à la compétition. De plus, la météo un peu fraîche et la pluie par intermittence ne permettaient d’avoir des performances exceptionnelles. Les filles débutaient leurs épreuves de course avec uniquement des finales directes compte tenu du faible nombre de participantes dans certaines disciplines. Malgré ses péripéties, pour obtenir des médailles d’or, il fallait être principalement colombien ou ukrainien, les deux nations qui dominent l’athlétisme de la tête et des épaules pendant cette compétition. Sur 100 m, l’ukrainienne Anna Titimets s’imposait facilement en 12’’21. Elle revenait ensuite le 400 m avec Ana Yardchuk qui avait gagné la longueur la veille. Yaroschuk au couloir 2 avait déjà repris tout le décalage avec les autres concurrentes pour se retrouver à égalité avec sa compatriote à l’extérieur. Sans forcer, très détendue, avec le sourire aux lèvres et sans vouloir s’attaquer, les 2 ukrainiennes gagnent le tour de piste : Yaroschuk en 61’’66 devant Titimets en 61’’94. Sur 1500 m, c’est une autre athlète au maillot jaune et bleu qui s’impose. Bien placée dans le peloton, laissant faire le travail aux autres, Julia Kutakh a repris une à une ses adversaires pour porter une attaque décisive dans le dernier tour et gagner facilement devant une péruvienne et une roumaine. La domination ukrainienne s’est poursuivi chez les hommes avec la victoire d’Anton Saievich en hauteur avec 2.04 m après avoir tenté 2.15 m devant un colombien Rodriguez qui a fait un concours tout en puissance car il courait sur élan réduit (7 foulées) pour franchir quand même 2.01 met un russe Shulev avec 1.98 m ; au poids avec le titre pour Stanislav Segeda avec 16.83 m. Sur 400 m, l’ukrainien Roman Starukh a fait tout la course en tête poursuivi par deux colombiens et il s’est fait sauter sur la ligne par un colombien et ne gagnant que l’argent. En individuel, les deux seuls non-ukrainien et non-colombien qui sont montés sur la plus haute marche du podium sont iranien avec Rabie sur 100 m (devant 2 colombiens) et Moradi sur 1500 m (devant un colombien et un russe).

     
    Une journée en 4 actes

    Pour la première journée des Cadets Games, il fallait avoir de bonnes jambes pour arpenter la vaste académie militaire (elle fait 4 km de long) d’Ankara afin de suivre les différentes épreuves dans de superbes installations.

    Dès le matin, le tournoi de volley-ball débute avec les 10 équipes réparties en 3 poules de trois et une poule de deux. Dès les premières rencontres éliminatoires, même si ce ne sont que des Cadets, on retrouve immédiatement les pays qui ont une véritable culture de sport comme la Serbie ou encore l’Inde qui a remporté ses deux matches et est en tête de son groupe. On découvre aussi que d’autres pays en particuliers ceux de l’Europe du nord se sont mis à ce sport alors que leur tradition se porte plus vers le handball. Smashes, réceptions et passes millimétrées font réagir les supporters des différentes équipes pour poussent du mieux qu’ils le peuvent leurs protégés. Dans les autres groupes, la Turquie, la Corée, l’Inde et la Serbie ont gagné chacune un match. Le tournoi se poursuit jusqu’à la fin de la semaine.
     
    Le silence est d’or

    Changement de décor dans une ambiance plus feutrée où le calme est de rigueur : la salle de tir. Les 30 pistoliers sont alignés sur le pas de tir avec leur petite cible cartonnée distante de 10 mètres. Ils sont harnachés comme des «chevaliers des temps modernes» avec les lunettes pour se concentrer, un cache-œil pour mieux miser et pour certains une casquette vissée sur la tête pour tenir le tout. Avant chaque coup, le tireur entre dans sa bulle, fait le vide dans sa tête et autour de lui. Il n’entend plus rien, essaie de se détendre et se concentrer sur le petit rond rouge au centre de la cible. Il se met en position les pieds bien calés au sol et le bras qui fait des allers-retours très lents pour se positionner au mieux. Quand il a le centre dans son viseur, le coup part et la scène se répète inlassablement jusqu’à la fin du concours.

    À ce petit jeu, celui qui a le mieux tiré son épingle du jeu pour remporter la compétition du pistolet à 10 m est l’ukrainien Viktor Bankin qui a réalise 660,9 points. Il devance trois turcs : Temurtas (657,8), Köreke (651,1) et Mutlu (650,7).
     
    Le feu dans la piscine

    Troisième et troisième ambiance différentes. Piscine surchauffée et supporters également pour encourager les nageurs et nageuses pour le parcours d’obstacle aquatique. Chaque délégation se lance presque un concours à l’appel du nom de son nageur sur le plot de départ. Au nombre, ceux son les turcs largement vainqueur avec cris, débordements amicaux et hola lancés dans les tribunes. Mais, au niveau du bruit, les sud-américains et les pays de l’Est de l’Europe ne sont pas mal non plus. Ils savent bien donner de la voix tout en brandissant ostensiblement leur pavillon national. Sur une longueur de bassin, les participants et participants doivent franchir plusieurs obstacles par-dessus ou par-dessous avec notamment une partie en apnée mais gravir une table située à plusieurs dizaines de centimètres au-dessus du niveau de l’eau. Pour cette épreuve, il ne suffit pas d’être bon nageur. Il faut aussi savoir franchir les obstacles, en gardant de la lucidité et des forces pour finir son parcours. Il est nécessaire aussi de bien les appréhender pour bien se servir afin de pouvoir se relancer. Pour que le spectacle soit total, les manches en un contre un se font en fonction du niveau. Plus on avance dans la compétition, plus le niveau augmente ainsi que la tension et le temps diminue. Chez les garçons, le dernier duel voit s’affronter un russe et un brésilien. Les deux nageurs sont au coude à coude durant tout le parcours. Ils prennent chacun leur tour un léger avantage que l’autre comble immédiatement. Au final, les deux nageurs sont ex-æquo, une performance très rare dans cette discipline. Chez les féminines, la russe Natalia Yunkina réussit le meilleur temps 36’’22 devant la hollandaise De Jong 36’’63 et la turque Melike Yildirim 38’’47.
     

    La Colombie supersonique

    L’après-midi, dernier décor et dernière ambiance. Direction le stade d’athlétisme pour le début des épreuves sur piste (course pour les garçons et normalement concours pour les filles). Compte tenu du faible nombre de participantes, les filles n’ont disputé qu’un concours de longueur à 4, les courses se transformant en finale directe pour les jours suivants. Dès l’échauffement, on voyait que le niveau était plus qu’hétérogène avec une vraie spécialiste de la discipline, une ukrainienne ; une autre encore perfectible dans la technique, une colombienne et deux roumaines pour compléter le tableau. Au premier saut, les pronostics se vérifiaient. Ana Yardchul retombait à 5.95 m et tuait le concours. Elle ne sera pas rejointe, la 2e place est prise par la colombienne avec qui réalisait plus de 5 m et les roumaines restaient aux alentours de 4.50 m.

    En sprint chez les hommes, on assistait à la domination d’un pays que ce soit sur 100 m, 200 m ou à un degré moindre sur 400 m. La Colombie écrasait tout sur son passage. Il n’y a qu’un homme qui a résisté à l’hégémonie sud-américaine : l’iranien Rabie qui a réalisait 10’’74 sur 100 m et 21’’72 sur 200 m en série en laissant ses adversaires à des distances plus que raisonnables. L’Amérique du sud s’est aussi illustrée dans les relais 4x100 m avec la Colombie bien sûr mais aussi le Brésil qui ont largement dominé leur série respective en réussissant de bonne transmission.
    Les épreuves d’athlétisme se poursuivent encore pendant deux jours.

     
    Peace at home, peace in the world. Atatürk

    ’académie militaire d’Ankara est en pleine ébullition en ce lundi 18 octobre après-midi. La raison est simple : les 500 cadets venus des 22 pays se préparent pour la cérémonie d’ouverture de la première édition des Cadets Games qui se déroulent en Turquie du 18 au 23 octobre. Par délégation, chacun se prépare à sa façon. Le temps de vérifier l’uniforme, de rectifier les positions, de placer chacun à sa place en fonction de sa taille, tous les participants sont prêts pour cette première. «Friendship through sport», la devise du CISM se vérifie des répétitions où tout le monde veut être pris en photo avec les autres délégations en souvenir. Mélange des genres, des cultures, des uniformes, tout ce que le CISM veut réunir et réussir lors de chacune de ses compétitions, les plus jeunes l’ont déjà compris. Il suffit de voir la délégation qui ouvre le défilé pour s’en persuader. En cette période difficile, l’Afghanistan a envoyé quelques uns de ses futurs officiers : tout un symbole !

    Du côté turc, il n’y a que les sportifs qui se mettent sur leur 31 mais aussi les élèves de l’académie qui rempliront le stade et ceux qui défileront en arme avec la garde d’honneur. Là, le moindre détail doit être vérifié : la tenue impeccable vérifiée par le chef de section pour défiler devant les autorités militaires du pays mais aussi des pays invités. Pour cette nouvelle compétition du CISM, il faut faire la meilleure impression possible devant le nouveau président du CISM, le colonel Kalkaba. Tout est réuni pour que la fête soit belle, de plus la météo est de la partie. Le stade de l’académie est rempli d’élèves et d’officiels qui attendent le défilé commence. Les participants sont regroupés aux abords du stade derrière la musique militaire qui va ouvrir le bal. Au son de la marche du CISM, les musiciens font leur entrée sur la pelouse. Les 22 nations venues des trois continents suivent derrière leurs officiers de marque avec l’Afghanistan en tête de liste. L’Indonésie qui a rejoint le CISM cette année est également présente. On peut admirer des uniformes de tous les coins du monde et des différentes armées d’appartenance. Après une courte prestation sur la pelouse, les nations se placent à la tribune présidentielle. Le major général Ferit Güler souhaite la bienvenue à l’ensemble des délégations et des participants pour cette première édition des Cadets Games. La Turquie a l’honneur et le privilège d’accueillir ce type de compétition qui permet de développer l’amitié, la tolérance et le respect entre les peuples. Le colonel Kalkaba a conclu les discours en se réjouissant de pouvoir réunir les futurs dirigeants militaires de demain et qu’ils puissent porter la bonne porte du sport dans leur pays. Il a terminé en déclarant ouvert la première édition des Cadets Games en Turquie.

    La partie officielle étant terminée, place maintenant à la partie détente avec trois prestations totalement différentes :
  • Les danseurs de l’armée turque en tenue traditionnelle qui ont surpris les invités avec leurs danses et leurs mouvements lents et précis
  • La musique de l’armée qui a réalisé des figures d’une précision extrême et d’une vraie originalité en commençant par interpréter Hello, le soleil brille
  • Enfin, le plus ancien groupe de musique militaire du monde qui encourageait les militaires sur les champs de batailles en tenue d’époque avec d’anciens instruments de musique, leurs moustaches tombantes et un chef avec une coiffe surmontée de plumes de paon.

    Les jeux sont désormais ouverts, la place maintenant à la compétition aujourd’hui mardi 19 avec le volley-ball, le tir, le parcours d’obstacle aquatique et l’athlétisme.


     

    La première édition des Jeux de Cadet Mondiaux CISM 2010 est lancée !

    Depuis longtemps, CISM a lancé de nombreuses idées pour ouvrir ses compétitions sportives aux nouvelles catégories de participants du monde Militaire. Après que le succès des Jeux Mondiaux Militaires d’été et d’hiver, le CISM a décidé de créer une nouvelle catégorie de compétitions sportives internationales ouvertes aux jeunes générations. Le CISM a vu que certains de ses pays-membres ont lancé des programmes des échanges de cadets avec leurs voisins. Nous avons reçu la multitude de demandes officielles dans ce sens. Beaucoup de nations membre du CISM nous demandent de jouer un rôle principal dans le développement de programmes sportifs pour les cadets de leurs écoles militaires et nous ne pouvions pas rester sourds à ces demandes. Le CISM a décidé de donner à tous ses membres une occasion de profiter de ces rencontres de cadets en utilisant son réseau, son savoir-faire et expérience à cet effort.

    C’est comme cela que sont nés les Jeux mondiaux des étudiants militaires du CISM

    Ces Jeux sont une compétition internationale multisports organisée tous les quatre ans aux élèves des écoles militaires de l’armée de Terre, de la Marine, de l’armée de l’’Air et d’autres écoles militaires comme la Gendarmerie. Le CISM a voulu donner une signification spéciale à l'événement en le reliant à un concept éducatif spécifique. Des ateliers, des forums, des séminaires éducatifs seront intégrés dans chaque édition des Jeux Mondiaux des étudiants militaires du CISM pour offrir à tous les participants la possibilité d'échanger quelques concepts de formation militaire, d’inspirer et de s’inspirer des programmes d'autres académies militaires, d’acquérir des théories de valeur qu'ils utiliseront pendant leurs futurs commandements, en résumer de devenir de meilleurs cadets, de meilleurs soldats et des meilleurs chefs.

    Les Forces armées turques organisent les 1er Jeux Mondiaux des étudiants militaires du CISM qui se dérouleront du 17 au 24 octobre 2010 à l'Académie Militaire turque d’Ankara. Les sports suivants ont été choisis pour la première édition des Jeux Mondiaux des étudiants militaires du CISM en 2010 : le tir, l’athlétisme, la course d’orientation, le volley-ball, la course d’obstacle et la course d’obstacle aquatique.

     


    Calendar_2013
    WORLD MILITARY CHAMPIONSHIPS
    26jun 04jul 46th Sailing WMC
    Bergen, Norway
    29jun 07jul 35th Judo WMC
    Astana, Kazakhstan
    02-14 1st CISM World Football Trophy
    BAku, Azerbaijan
    08-17 49th Naval Pentathlon WMC
    Rio de Janeiro, Brazil
    26aug
    01sep
    46th Orienteering WMC
    Eksjo, Sweden
    02-06 23rd Cycling WMC
    Leopoldsburg/Beringen, Belgium
    09-16 CISM Para-Sport Project Pilot Event
    Track&Field Competition
    Warendorf, Germany
    14-21

    22nd Taekwondo WMC
    Fort Bliss, Tx,
    USA

    14-25

    37th Parachuting WMC
    Qionglai, China

    09-18 60th Military Pentathlon WMC
    Rio de Janeiro, Brazil
    23

    45th World Military Marathon
    Paramaribo, Suriname

    INSTITUTIONAL EVENTS

    13-17

    68th CISM General Assembly & Congress/CISM Board of Directors Meeting (2/2013)
    Jakarta, Republic of Indonesia

    CONTINENTAL / REGIONAL SPORT EVENTS
    20-24
    25-31
    02-06 Eurocup BeachVolleyball
    Warendorf, Germany
    03-08 Nienaber Memorial MilPentathlon
    Munich, Germany
    24-28 CISM Shooting Rifle Cup of the German Armed Forces
    Sonthofen, Germany
    27jun-01Jul

    1st Open Regional Life Saving Championship
    Amsterdam, The Netherlands

    09-16

    1st Open Integrative CISM Military European Championships in Track & Field
    Warendorf, Germany


    continemta;_website
    americas_website

    europe_website

    asia_website
    Conseil International du Sport Militaire © CISM | Design CISM Media | webmaster@cism-milsport.com